Imprimer cet article Imprimer cet article

Parcoursup : incertitudes et perspectives

 

Dans une note confidentielle adressée le 4 juin à l’Elysée par les trois économistes qui ont inspiré le programme d’Emmanuel Macron[1], on peut lire :

 « Faute d’un nécessaire accroissement de la dotation budgétaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, le risque est aujourd’hui que Parcoursup soit perçu comme une pure gestion de la pénurie en période d’afflux démographique ».

Dans un texte publié par Terra Nova, intitulé « Le choc démographique dans l’enseignement supérieur » cette évolution est bien mise en évidence. On attend une augmentation supérieure à 30.000 étudiants en 2018 puis encore en 2019. Si on prend pour base la situation actuelle, pour les seuls effectifs de licence il y aurait une augmentation d’étudiants de première année de 12% l’an prochain.

Comme le notait récemment Thomas Piketty[2], on a eu une diminution de 5 à 6 milliards par an de « l’impôt sur la fortune », ce qui représente près de la moitié du budget de l’enseignement supérieur. Et comme, parallèlement, il y a eu une augmentation de 20% du nombre d’étudiants, le budget par étudiant a baissé de 10% ! D’un côté on a des filières sélectives bien dotées (classes préparatoires et grandes écoles) et de l’autre des universités dans lesquelles il faudrait investir massivement.

 

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier les controverses relatives à Parcoursup. Il a été annoncé à de multiples reprises que le code source de Parcoursup serait entièrement rendu public. Pour l’instant on est en pleine opacité. On a un système de sélection prétendument universel (à la française) dont les critères et l’application dépendent beaucoup des situations locales. On assiste à la transposition dans l’enseignement supérieur des travers de la concurrence entre lycées. Il est impossible de réaliser une évaluation nationale au travers d’évaluations locales dont les conditions varient beaucoup d’un établissement à l’autre, d’une région à l’autre.  De plus, ce système soi-disant concurrentiel est régulé géographiquement par l’autorité rectorale. Ainsi, par exemple, l’affectation d’étudiants dans l’UFR de Chimie de l’université Paris-Diderot est limitée par l’autorité rectorale à 3% de bacheliers de la périphérie parisienne, alors qu’ils étaient 40% l’an dernier[3] !

 

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Un avenir incertain

Depuis les dernières élections le contexte politique est assez mouvant dans beaucoup de domaines. Il est notamment difficile de faire le point sur un sujet qui nous tient à cœur : l’avenir de l’enseignement supérieur et des universités.

Dans la période des élections, Emmanuel Macron avait évoqué dans ce domaine certains projets nouveaux. Comme les élections ont amené une majorité nouvelle, ces questions sont d’actualité. Mais on ne sait pas tout à fait où l’on va… Un certain nombre d’intellectuels de gauche penchent du côté de Macron parce que ses idées sont originales, mais elles peuvent paraître trop marquées par le souci d’une autonomie donnée aux établissements d’enseignement supérieur. Par ailleurs, l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron a quelque chose de « surréaliste ». Il y est parvenu parce qu’en face de lui, il n’y avait rien de solide. Mais ses partisans qui ont triomphé aux dernières élections sont minoritaires ou, à tout le moins, ne sont pas l’expression d’une majorité véritable et identifiée. 

S’agissant de l’université, nous pouvons essayer de faire le point. Nous avons vécu dans un système universitaire hérité du passé où les défauts se sont accumulés. Coexistence d’un système d’écoles assez fermé socialement et d’universités ouvertes sur l’échec du plus grand nombre. Un système plutôt « gratuit » pour les privilégiés. Comme le souligne Thomas Piketty, on consacre trois fois plus de ressources publiques aux étudiants des filières sélectives que ce qu’on accorde aux cursus universitaires. La France est le seul pays où les écoles et collèges privés sont presque intégralement financés par le contribuable, tout en conservant le droit de choisir leurs élèves. A l’université c’est une faillite silencieuse, alors que les campus américains et asiatiques n’ont jamais été aussi prospères. En France ceci s’inscrit dans une situation de fond où, selon Piketty, entre 1983 et 2015, le revenu moyen des 1% les plus aisés a progressé de 100% contre à peine 25% pour le reste de la population. On ne va pas vers la réduction des inégalités, mais vers une rationalisation de la situation existante. 

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Meilleurs voeux 2018

voeux-20182.jpg
Imprimer cet article Imprimer cet article

Election sujet à réflexion (suite)

Il y a quelque temps, alors que se préparait l’élection présidentielle, les questions universitaires étaient un peu à l’ordre du jour lorsqu’il s’agissait de comparer les programmes[1]. Après l’élection d’Emmanuel Macron il s’est plutôt agi de donner une bénédiction à des candidats, pour la plupart nouveaux, qui se réclamaient du président, face aux anciens partis en déconfiture. En particulier il ne fut plus guère question de l’enseignement supérieur. Il faut dire que les projets de réformes qui avaient circulé n’avaient pas suscité une large adhésion du milieu universitaire. Les critiques étaient nombreuses et c’est un silence un peu ambigu qui domine aujourd’hui, en attendant la suite.

Depuis quelques mois notre pays est entré dans une zone de turbulences politiques assez nouvelles qui échappent aux analyses traditionnelles. Il ne s’agit pas d’un simple rééquilibrage des partis politiques. En France on voit le raz de marée d’un mouvement qui n’existait pas il y a peu, et qu’on ne peut caractériser par un programme bien établi. Si l’on veut comprendre comment tout ceci peut évoluer, il faut commencer par noter le chiffre considérable de l’abstention aux élections législatives qui a dépassé 57% au second tour (65% des 18-24 ans). Ceci relativise les résultats arithmétiques et met en évidence une rupture profonde de notre société. Le succès massif mais tout relatif de « La république en marche » s’inscrit dans ce contexte. Il a le visage d’un électorat plutôt aisé qui se rallie au style du nouveau président plutôt qu’à des projets bien définis, tandis qu’une majorité populaire reste à l’écart.

Si nous regardons ailleurs, nous verrons de pareilles contradictions. Ainsi, aux USA, « The Institute for new economic thinking »(INET)[2] analyse la situation politique actuelle et montre que le pays est aujourd’hui divisé en deux blocs : l’un d’environ 20% qui se situe au cœur de la société technologique, avec une formation universitaire et des perspectives d’avenir ; l’autre c’est celui des bas salaires, des jobs incertains et des dettes. Voir l’article « America is regressing into a developing nation for most people ». Cette société duale est le résultat d’une longue dégradation de la condition de la classe moyenne blanche depuis la seconde guerre mondiale. A l’occasion de la dernière élection présidentielle américaine, cette classe moyenne de « blancs mal payés » s’est faite entendre et a pesé sur les résultats électoraux.

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Election sujet à réflexion

A deux semaines de l’élection présidentielle, la gauche étant en miettes, le vote va se jouer entre trois candidats : Le Pen, Fillon et Macron. Si Le Pen était élue, ce qui est peu probable, le devenir de l’enseignement supérieur deviendrait un sujet préoccupant. Pour ce qui est de Fillon, s’il gagnait, sa politique universitaire serait un compromis plus réactionnaire que moderniste, à l’image des forces qui le soutiennent. Reste l’hypothèse Macron dont les options ne sont pas l’expression pure et simple de forces politiques préexistantes dont il serait le leader. Certains, comme le groupe Jean-Pierre Vernant, le voient comme l’expression catastrophiste de lobbies néo-libéraux. Mais d’autres, comme le « communiste »  Patrick Braouezec, maire de Plaine-Commune, se rallient à lui. Celui-ci écrit dans Le Monde du 7 mars 2017 : « Ma proposition est sans doute symptomatique de ce monde actuel décrit par Edgar Morin comme « un monde contradictoire, complexe, incertain ». Le projet d’Emmanuel Macron assume ces trois caractéristiques. C’est aussi son mérite, sa force et son intérêt ». 

Le débat autour de la candidature Macron est intéressant, en effet. Mais on peut se demander, au cas où il serait élu, s’il existerait des forces politiques solides et pérennes capables de soutenir ses projets. Au demeurant, ceux-ci ne sont pas toujours stables et clairs[1]. Ils sont élaborés par des comités de jeunes technocrates intelligents qui vivent un peu en état d’apesanteur, n’étant pas les porte-paroles de partis politiques préexistants. Les affirmations les plus fortes n’engagent pas des forces de terrain. Cependant, dans l’immédiat, il est intéressant de participer au débat d’idées que Macron lance ou qu’il accompagne. Nous en ferons ici une première analyse dans le domaine qui nous intéresse : l’enseignement supérieur.

La déclaration liminaire de son programme, diffusée par son comité, paraît offensive. Il nous dit : « Le succès dans l’enseignement supérieur en France reste profondément inégalitaire. Cela a des retombées directes sur la mobilité sociale et sur le marché du travail. (..) Notre système court un risque de relégation par rapport à la circulation mondiale des étudiants et des chercheurs, et il n’a pas su générer jusqu’ici un pôle d’innovation comparable à la Silicon Valley ». Mais la conclusion principale en est que « pour inverser la tendance, cela passe par l’autonomie qui existe dans la loi, mais qui est largement restée lettre morte sur le terrain ». Cela ne suffira pas à corriger les inégalités, et pourrait même les accroître, car l’absence de règlementations les favorise.

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Quelques réflexions en contexte politique

L’élection présidentielle française donne lieu à des échanges et des rebondissements tous azimuts. Mais, dans les programmes des candidats, on trouve assez peu de propositions significatives pour les universités. Pourtant il y aurait beaucoup à dire d’un point de vue démocratique. Tous les observateurs s’accordent en effet pour dire que la France est championne des inégalités dans l’enseignement supérieur.

Lors d’un colloque intitulé « Quel enseignement supérieur pour la France en 2020 », Sybille Reichert, chancelière de l’université Friedich-Alexander d’Erlangen-Nürnberg, déclarait : « En France, il y a une séparation entre la formation de l’élite et ce qu’on appelle « mass éducation »  qui est très stricte. On voit peu de passerelles entre le système général et la formation des élites »[1]. Parallèlement elle souligne que « le recrutement des universitaires et chercheurs est beaucoup trop interne du point de vue international ». 

Au dernier classement PISA, la France est arrivée 26ème sur 70 pays, largement devancée par exemple par l’Allemagne et le Royaume Uni. Mais surtout, près de 40% des élèves issus de milieux défavorisés sont en difficulté, écrivent les statisticiens de l’OCDE. Ce classement dessine une France qui est efficace pour une majorité d’élèves, mais laisse une forte minorité sur le carreau. De plus, au fil des classements, cette minorité augmente.

Le rapport du Comité « France Stratégie » sur le coût économique des discriminations souligne l’enjeu économique de la question, sachant que les gains associés à la formation ne se manifestent que dans la durée. Ainsi des travaux américains montrent que l’amélioration de l’accès des femmes et des noirs aux postes essentiellement occupés par des hommes blancs, serait à l’origine de 15% à 20% de la croissance des Etats-Unis depuis les années soixante. Quelles que soient les objections que l’on peut faire à ce travail, il souligne le fait qu’il n’y a pas de contradiction entre équité et réformes économiques porteuses de prospérité. Selon ce rapport, la réduction des écarts de taux d’emploi et d’accès aux postes élevés entre population de référence et populations discriminées permettrait un gain de près de 7% du PIB.

En France, la moitié des bacheliers provient aujourd’hui de familles dans lesquelles aucun des parents n’était titulaire de ce diplôme. Pour ces jeunes bacheliers « de première génération », l’accès au baccalauréat reste très lié aux différences de situations familiales et de niveau d’acquis à l’entrée en sixième. Ils ne représentent que 15% des entrants en classe préparatoire aux grandes écoles, alors que 62% des entrants en sixième en 1995 n’avaient aucun parent bachelier.[2]

Alors que neuf bacheliers « de père en fils » sur dix s’inscrivent dans l’enseignement supérieur, ce n’est le cas que de trois bacheliers « de première génération » sur quatre. Les bacheliers « de première génération » ont, dans leur majorité, accédé au baccalauréat par la voie technologique ou professionnelle. Tandis que les bacheliers « de père en fils » poursuivent en plus grand nombre dans une école recrutant après le baccalauréat ou une CPGE (19% s’inscrivent dans cette filière, contre 6% des bacheliers « de première génération »[3]

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

L’avenir des regroupements universitaires

Une des dispositions les plus neuves de la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche de 2013 prévoyait explicitement des regroupements d’établissements qui pouvaient prendre plusieurs formes : fusion, fédération, association[1].

Les fusions ont concerné la recomposition, dans certaines métropoles provinciales, d’universités qui avaient été découpées en 68 pour des raisons plus politiques que scientifiques. C’est le cas, par exemple, à Strasbourg, à Grenoble, à Clermont-Ferrand. C’est aussi le cas, de façon plus complexe, à Bordeaux et à Aix-Marseille. Il reste à voir si ces universités fusionnées fonctionneront comme une seule université…

En dehors de la fusion, la loi prévoyait : «Sur un territoire donné, qui peut être académique ou inter-académique, sur la base d’un projet partagé, les établissements publics d’enseignement supérieur relevant du seul ministère chargé de l’enseignement supérieur et les organismes de recherche partenaires coordonnent leur offre de formation et leur stratégie de recherche et de transfert. Les établissements d’enseignement supérieur relevant d’autres autorités de tutelle peuvent participer à cette coordination et à ces regroupements ». La structure proposée est une « communauté d’universités et d’établissements » (Comue) qui est un Epscp regroupant obligatoirement tous les établissements d’un même territoire dépendant du MESR (à l’exception notable de l’Ile de France) et facultativement les autres établissements d’enseignement supérieur.

 Les principales compétences confiées aux Comue concernent la coordination régionale (contrat de site unique et coordination territoriale par un seul établissement). En plus de ces compétences obligatoires, chaque membre d’une Comue peut lui transférer des compétences sans perdre sa personnalité morale.

Une Comue peut employer des personnels, collationner des diplômes, mener des activités de recherche et être tutelle de laboratoires. En matière de gouvernance, elle se différencie d’une université classique par une composition moins stricte des conseils centraux, mais ceux-ci sont majoritairement élus. Elle ne peut déroger aux règles applicables aux universités en matière de sélection et de frais d’inscription.

Nous avons déjà parlé ici de ces regroupements, en les replaçant dans le contexte international. Dans les articles en référence[2] j’ai discuté le pourquoi des communautés. Les réponses que l’on fait sont souvent peu convaincantes. L’argument le plus compréhensible est celui de la territorialisation de l’enseignement supérieur, même s’il peut être discuté. Si l’on poursuivait cette logique on pourrait avoir des regroupements qui rappellent les « state systems » des Etats-Unis. Mais le contexte est bien différent. L’instauration de ces communautés d’universités et d’établissements, qui peut paraître un principe unificateur, est en fait une façon de hiérarchiser les universités sans le dire, et une façon détournée de faire évoluer leur gouvernance. 

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bonne année 2017

 voeux-20171.jpg

Imprimer cet article Imprimer cet article

A propos de l’éjection de Paris 13 de l’université Sorbonne-Paris-Cité (USPC)

Le contexte

L’université française offre un spectacle de désolation structurelle. Après avoir vécu sur le mythe de l’université « une et indivisible », elle prétend entrer dans l’âge de l’autonomie à l’image de beaucoup de pays développés, mais elle n’arrive pas à sortir d’un « joyeux bordel » bureaucratique, comme l’illustrent les 3 articles précédents. On prétend tenir un discours universel à destination d’un monde très différencié et hétérogène. Ainsi, par exemple, c’est un paradoxe de défendre mordicus le principe de la non-sélection alors que la moitié des étudiants prennent une voie sélective dès le départ (prépas, BTS, IUT, écoles de commerce, écoles d’ingénieurs post-bac, bi-licences, IEP, écoles d’arts, de journalisme, d’architecture, de paramédical,…). Il faut sans doute se féliciter qu’on s’achemine vers une loi prévoyant une sélection pour tous les masters. Mais si le ministère le fait, c’est contraint et forcé par une décision judiciaire qui interdit le maintien de la situation actuelle (sélection entre le M1 et le M2), et non point dans le cadre d’une politique audacieuse.

Il y avait, par ailleurs, le souci de restructurer l’organisation des universités, dont nous avons déjà souvent parlé ici. En dehors des situations où la géographie régionale poussait naturellement à des regroupements, on est souvent aujourd’hui dans des situations compliquées. On parle de fusion comme s’il s’agissait d’une modalité entre autres, alors que ceci remet profondément en question les principes de gouvernance des universités, tels que prévus par la loi.  Ainsi le refus d’accorder de façon définitive à USPC l’Idex dont elle était porteur, se fonde sur l’exigence d’une fusion, ce qui est tout de même d’une autre nature qu’un Idex, sauf à jouer sur les mots.

Aujourd’hui, pour espérer récupérer l’argent perdu de l’Idex, certains souhaitent modifier la composition de la Communauté USPC. On voit donc une exigence financière d’importance tout de même limitée rejaillir sur la question de fond de la composition du regroupement, ce qui n’avait jamais été évoqué lors de sa constitution. On est donc en droit de se demander quelle est la logique profonde des regroupements.

L’éjection programmée de Paris 13

Pour sortir des abstractions, on peut se pencher sur le cas concret évoqué plus haut. Comme l’on sait, USPC est principalement constitué de 4 universités : Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Université Paris Descartes (Paris 5), Université Paris Diderot (Paris 7), Université Paris-Nord (Paris 13). Aujourd’hui, dans la perspective hautement problématique que USPC récupère son Idex perdu, le président de Paris 5, Frédéric Dardel, explique son refus d’une fusion avec Paris13[1]. Résumons ses arguments :

- « La fusion est une opération compliquée, compte tenu du peu de temps que nous avons pour repasser devant le jury Idex ».

- « Il y a avec Paris 13 une différence de culture et d’identité qui se traduit dans les stratégies d’établissements». Paris 5 a une grande faculté de médecine avec de nombreux centres de recherche, tandis que « Paris 13 défend une intégration dans le territoire et un accompagnement de la population de Seine Saint-Denis, et développe peu de recherche ».

Commentaire : Paris 5 est avant tout une grande faculté de médecine et biologie, mais dans d’autres domaines disciplinaires ses pôles de recherche ne sont pas exceptionnels et certains sont même nettement surclassés par ceux de Paris 13, comme en mathématiques[2], en communication, en économie…

- « L’intégration de Paris 13 dans le projet de fusion augmente les recouvrements disciplinaires avec les 3 autres universités »

- « Une fusion à 4 universités augmenterait la complexité économique du projet »

Commentaire : Sur ces deux derniers points, n’était-ce pas évident depuis le début ? Ce n’est pas là une raison convaincante pour se débarrasser de Paris 13.

lire la suite…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Initiatives d’excellence (Idex) et politiques publiques, de la droite à la gauche (3e partie)

Carl-Gustav Iacobino est un universitaire que ses responsabilités passées ont amené à s’intéresser aux Idex du Programme d’Investissement d’Avenir.

La différentiation des universités : un constat ou une nouvelle politique de l’Etat ?

Le principe même du PIA-Idex est de donner à certains pôles ou universités un prestige symbolique (Idex) et des moyens supplémentaires (dotation Idex). Il s’agit donc d’un système de différentiation organisé et contrôlé par l’Etat, lancé au moment même où les différentiations les plus importantes étaient soulignées par la publication de plusieurs classements internationaux.

Le lancement de la politique d’excellence, comme politique nationale étroitement contrôlée par l’État, souvent justifiée par la volonté d’être  internationalement compétitif, relève aussi de la croyance dans les vertus du nationalisme volontariste, qui est un bien commun entre une partie de la droite et de la gauche. Cette contradiction explique l’importance accordée par les pouvoirs publics aux « jurys  internationaux », souvent composés d’une majorité de personnes travaillant ou ayant travaillé en France.

La diversité des universités françaises est une évidence : il suffit de penser à l’écart existant entre d’une part l’UPMC ou Paris-Sud, puissantes universités très fortement soutenues par les organismes de recherche, et  d’autre part Pau, Angers ou Reims, qui ne jouent certainement pas dans la même catégorie pour la recherche, la répartition des étudiants entre cycles de formation, le rapport aux territoires, l’attractivité mondiale. Sans parler des universités d’outre-mer. Même si les cartes universitaires ont bien changé dans les 30 dernières années, la prédominance des plus grands sites (Paris bien sûr, Aix-Marseille, Lyon, Grenoble, Strasbourg, Montpellier : liste non exhaustive) est avérée et elle est souvent établie depuis plus de 100 ans (sauf Grenoble, dont l’essor se concrétise principalement après 1945).

S’il n’est pas très facile à une université outsider d’apparaître dans ce paysage, ce n’est pas tout à fait impossible sur le long terme. On peut penser à Nantes ou à Nice, où il n’y avait pas de facultés dans les années 60 et qui, sans être dans le peloton de tête, sont devenus des sites importants. Pendant ces soixante dernières années, les facteurs principaux de ces évolutions ont été l’augmentation du nombre d’étudiants, donc aussi des enseignants-chercheurs, provenant de la démographie pure (classes d’âge plus nombreuses) et de la démocratisation de l’enseignement supérieur. C’est pour ces raisons que des universités se sont créées à partir des années 60 dans des territoires importants dépourvus de tout enseignement supérieur couplé à la recherche, et certaines d’entre elles, plus particulièrement soutenues par des organismes de recherche, ont rejoint un groupe composé d’universités plus anciennes et plus prestigieuses.

L’État a toujours pris acte de cette évidence de la différentiation des universités. Il l’a fait d’une façon plus ou moins discrète jusqu’au début des années 80, sans assumer une politique explicite en ce domaine, sauf parfois en faveur de Paris, ou, au contraire pour aider l’émergence de nouvelles universités, en province ou dans la grande couronne.

Ce qui a changé avec la politique contractuelle lancée à la fin des années 80 : l’État a alors demandé aux universités de définir une stratégie et un projet, les encourageant à s’appuyer sur leurs points forts, donc à les identifier, mais aussi à corriger leurs points faibles. Et c’est sur cette base que s’engageait alors une négociation entre l’État et les établissements. 

Cette différentiation entre universités ne s’est cependant pas accompagnée de différentiation dans les outils utilisés par l’État : la politique contractuelle s’est appliquée à toutes les universités, certes avec des résultats et des niveaux de soutien différents.  Cette politique était l’une des illustrations de la façon dont Michel Rocard, alors Premier ministre, envisageait un rôle nouveau pour l’État, centré sur l’idée de contractualisation. Il s’agissait d’articuler des propositions émanant d’acteurs locaux (pas seulement dans le champ de l’enseignement supérieur) et une négociation menée par le gouvernement et les ministères, conduisant à un accord signé entre les parties. 

La revendication de plus en plus forte de ces différentiations a eu un impact sur d’autres sujets. Certains présidents d’universités ont considéré que la conférence des présidents d’université (CPU) rassemble des établissements trop différents pour pouvoir porter leurs intérêts spécifiques. C’est l’une des raisons de la création en 2008 de la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises) http://www.curif.org/fr/a-propos/historique/ qui rassemble aujourd’hui « 16 des 18 plus importantes universités françaises en terme de recherche » (texte de présentation de la CURIF par elle-même http://www.curif.org/fr/a-propos/en-bref/ ).  D’autres groupes se sont constitués depuis, pour occuper d’autres segments de la diversité des universités. Il ne s’agit pas là d’initiatives de l’État mais, comme c’est fréquent dans d’autres pays, d’initiatives des présidents d’établissements autonomes. Il y a des évolutions voisines en Europe. On pense à la création en 2001 de l’EUA (European University Association : http://www.eua.be/) association qui a aujourd’hui plus de 800 membres dont 46 en France; suivie de la création en 2002 de la LERU, Ligue européenne des universités de recherche (http://www.leru.org/index.php/public/about-leru/ qui regroupe aujourd’hui 21 universités, dont 3 françaises.

lire la suite…



IPSCounter Add-On for Google Sitebar